top of page

Le perfectionnisme ou l’obsession de vouloir tout gérer.


femme en posture de yoga
Tu es parfaitement imparfaite !

Le perfectionnisme peut sembler être une qualité admirable à première vue. Après tout, qui ne voudrait pas exceller dans tout ce qu'il entreprend ? Cependant, lorsque le perfectionnisme devient une obsession, il peut entraîner du stress, de l'anxiété et même de l'épuisement. Cet article s'adresse à vous qui cherchez à comprendre et à surmonter votre tendance au perfectionnisme.

Le Perfectionnisme : un chaos sans fin

Le perfectionnisme est souvent alimenté par des attentes élevées envers soi-même et par la peur de l'échec. Comme si, notre valeur en tant que personne est liée à nos succès et à notre réussite. Nous nous jugeons sévèrement et acceptons mal la critique. Chaque erreur est ressentie comme une défaite terrible. Nous sommes dans l'insatisfaction perpétuelle et nous ressentons souvent de l'anxiété, de la honte et de la culpabilité. Nous sommes préoccupées par l'avenir et nous avons peur de l'échec. Nos attentes peuvent provenir de différentes sources : la famille, la société, ou même des croyances personnelles profondément ancrées. Les jeunes femmes, en particulier, peuvent ressentir une pression intense pour réussir dans tous les aspects de leur vie – études, carrière, relations, apparence physique.

Exemples de pensées perfectionnistes:

  • Pensées noires : "Si je ne suis pas la meilleure, cela signifie que je suis nulle", "Un travail fait à moitié est un travail bâclé".

• Pensées catastrophes : "Si je ne réussis pas cet examen, ma carrière est ruinée" ; "Si quelqu'un me critique, cela veut dire que je ne suis pas à la hauteur".

• Anticipation négative : "Même si j'ai bien étudié, je vais sûrement échouer cet examen" ; "Si je n'ai pas de réponse immédiate à une question, tout le monde va penser que je suis incompétente".

• Les affirmations de type "il faut" : "je dois toujours être disponible pour les autres" ; "je ne dois jamais montrer de signes de fatigue" ; "je dois être capable de tout gérer sans aide".


Exemples de comportements perfectionnistes :

• Procrastination chronique, difficulté à démarrer des projets importants ou à respecter les délais.

• Attention excessive aux détails.

Exemple : passer des heures à formater un document pour qu'il soit esthétiquement parfait.

• Vérification obsessionnelle.

Exemple :  relire plusieurs fois un e-mail avant de l'envoyer pour s'assurer qu'il n'y a aucune erreur.

• Reprendre sans cesse des tâches déjà effectuées.

Exemple : redessiner plusieurs fois une présentation pour éliminer toutes les imperfections.

• S'attarder sur des choix mineurs.

 Exemple : passer une heure à décider quelle tenue porter pour une sortie ordinaire.

• Créer des listes détaillées pour chaque aspect de la journée.

Exemple : écrire une liste pour chaque étape du nettoyage de la maison.

• Éviter les situations où il y a un risque d'échec ou de critique.

Exemple : ne pas postuler pour un emploi de peur de ne pas être assez compétent.

 

L'Ennéagramme : Un Outil de Connaissance de Soi

L'ennéagramme est un modèle de personnalité qui décrit neuf types de caractères, chacun ayant ses propres motivations, peurs et désirs. En comprenant votre type d'ennéagramme, vous pouvez mieux comprendre pourquoi vous avez des tendances perfectionnistes et comment les gérer. C’est un outil très intéressant que j’utilise en séance. Voici un aperçu :

  • Type 1 : Le Réformateur – Souvent perfectionnistes, ils cherchent à améliorer les choses, à atteindre la perfection et à éviter l'erreur.

  • Type 3 : Le Performeur – Motivés par le succès et l'accomplissement, ils veulent exceller dans tous les domaines.

  • Type 6 : Le Loyaliste – Soucieux de la sécurité et de la stabilité, ils cherchent à être préparés et à éviter les erreurs.


Comment sortir du perfectionnisme

  1. Acceptez-vous avec vos qualités et vos fragilités : Acceptez que vous soyez humaine et que les erreurs font partie du processus d'apprentissage. Pour cela exposez-vous à des situations imparfaites !

  2. Définissez des Objectifs Réalistes : Plutôt que de viser la perfection, fixez-vous des objectifs atteignables et célébrez vos progrès.

  3. Apprenez à Déléguer : Acceptez que vous ne puissiez pas tout faire seule et que demander de l'aide n'est pas un signe de faiblesse.

  4. Méditez pour changer vos pensées : Cette pratique peut vous aider à remettre en question les pensées que l’on a quand on a peur que quelque chose ne sorte de son contrôle ou que l’on puisse commettre une erreur.

  5. Faites quelques séances de thérapie : Travailler avec un thérapeute peut vous fournir des outils et un soutien précieux pour surmonter le perfectionnisme. Si vous vous sentez submergés par la critique, que vous voyez des conséquences sur votre humeur comme un niveau élevé d’activation émotionnelle alors c’est le moment de demander de l’aide pour vous aider à comprendre quels sont les "blocages émotionnels" et vous fournir les stratégies les plus utiles dans votre cas.

 

Je me souviens que j'accompagnais Caroline, une jeune femme brillante de 28 ans qui avait toujours été la meilleure dans tout ce qu'elle entreprenait. Cependant, cette quête de perfection avait un coût : elle se sentait constamment épuisée et anxieuse. En travaillant ensemble, nous avons identifié qu'elle était un Type 1 de l'ennéagramme, motivée par le désir de bien faire et la peur de l'erreur. En apprenant à se connaître, elle a commencé à fixer des objectifs plus réalistes. Petit à petit, Caroline a appris à apprécier ses succès sans se sentir écrasée par le besoin de tout contrôler.


Pour finir

Le perfectionnisme peut être un obstacle important pour de nombreuses jeunes femmes, mais il est possible de le surmonter en comprenant ses origines et en adoptant des stratégies de gestion efficaces. L'ennéagramme peut être un outil précieux dans ce processus, offrant une perspective nouvelle sur nos motivations profondes. N'oubliez pas que la perfection n'est pas une exigence pour être aimée ou appréciée – vous êtes déjà suffisante telle que vous êtes.


De tout cœur,

Sandrine

Comments


bottom of page