top of page

Le lien profond entre le sommeil et les émotions


Sandrine Doczekalski thérapeute en santé émotionnelle


Le sommeil est essentiel pour maintenir un état émotionnel équilibré. En tant que thérapeutes en santé émotionnelle, nous comprenons que les émotions et le sommeil sont intrinsèquement liés. Lorsque l'un est perturbé, l'autre peut en subir les conséquences. Je vous proposer de regarder ensemble Le lien entre sommeil et émotions et de vous partager quelques conseils pratiques pour favoriser un sommeil réparateur et une santé émotionnelle optimale.

 

Le sommeil n'est pas seulement un état de repos physique, mais aussi un processus essentiel de régulation émotionnelle et de traitement des expériences vécues. Lorsque nous dormons, notre cerveau trie et intègre les informations émotionnelles, renforçant les souvenirs positifs et nous aidant à réguler nos réactions émotionnelles. À son tour, notre état émotionnel influence la qualité de notre sommeil. Le stress, l'anxiété, la dépression et d'autres troubles émotionnels peuvent perturber nos habitudes de sommeil, créant un cercle vicieux difficile à briser.


Le cercle vicieux de la peur de ne pas dormir, également connu sous le nom d'insomnie primaire, est un problème courant chez de nombreuses personnes. La peur de ne pas pouvoir s'endormir ou de passer une nuit agitée peut en fait aggraver les problèmes de sommeil, créant ainsi un cycle anxiogène. Voici quelques façons dont cette peur peut se manifester et des conseils pour la surmonter :

1.     Se dire que l’on va passer une mauvaise nuit : La simple anticipation d'une mauvaise nuit de sommeil peut déclencher des sentiments d'anxiété et de tension avant même de se coucher. Cette appréhension peut rendre le processus d'endormissement encore plus difficile.

👉🏼 Conseil: Mettre en place des rituels avec des techniques de relaxation, comme la méditation ou la respiration profonde, pour calmer l'esprit avant le coucher. Pratiquez la respiration consciente pour vous ramener dans le moment présent et éloigner les pensées anxieuses de l'avenir.


2.     Trop surveiller son rythme du sommeil : Les personnes qui craignent de ne pas dormir ont souvent tendance à surveiller de près leur sommeil, ce qui peut vraiment aggraver le problème. Chaque réveil nocturne ou difficulté à s'endormir est interprété comme un signal négatif, renforçant ainsi l'anxiété liée au sommeil.

👉🏼 Conseil: Limitez la surveillance de votre sommeil en évitant de vérifier l'heure chaque fois que vous vous réveillez. Si vous avez du mal à dormir, essayez de vous lever et de faire une activité relaxante jusqu'à ce que vous vous sentiez prêt à retourner au lit.

Imaginer le pire ! : La peur de ne pas dormir peut souvent être accompagnée de pensées catastrophiques, comme la crainte des conséquences de la privation de sommeil sur la santé physique et mentale.

Comme témoigne Nicolas, 51 ans : " Pendant des années, j'ai lutté contre la peur de ne pas dormir. Chaque nuit, je me retrouvais pris au piège dans un tourbillon d'anxiété alors que l'heure du coucher approchait. L'idée de passer une nuit blanche ou d'avoir un sommeil agité me terrifiait. Cette peur a commencé à affecter tous les aspects de ma vie. Je me sentais constamment épuisée, irritable et incapable de fonctionner correctement pendant la journée. Chaque nuit, je me retrouvais à vérifier l'heure de plus en plus fréquemment, à compter les heures de sommeil restantes et à m'inquiéter de plus en plus à mesure que le temps passait. Même lorsque je parvenais enfin à m'endormir, je me réveillais fréquemment, le cœur battant la chamade, en proie à des pensées angoissantes sur le sommeil.

J'ai décidé de chercher de l'aide auprès d'un thérapeute en santé émotionnelle. Ensemble, nous avons exploré les pensées et les croyances irrationnelles qui alimentaient ma peur et avons développé des stratégies pour les remettre en question.

Grâce à la thérapie, j'ai appris à adopter une perspective plus réaliste sur le sommeil et à reconnaître que quelques nuits agitées ne signifient pas la fin du monde. »

👉🏼 Conseil: Rappelez-vous que les nuits agitées sont normales de temps en temps et qu'elles ne sont pas aussi dommageables que vous pourriez le craindre. Le corps sait se réguler. Habituez-vous à sentir que vous n’êtes pas à 100% de vos capacités pendants quelques jours et vous régulerez votre sommeil avec des siestes le week-end par exemple.


3.     Être trop actif avant de s’endormir : Pour éviter de se retrouver face à leur peur de ne pas dormir, certaines personnes adoptent des comportements d'évitement, comme éviter de se coucher ou de rester au lit plus longtemps que nécessaire.

👉🏼 Conseil: Créer un « sas de décompression » avec une routine de coucher relaxante pour envoyer des signaux à votre corps que c'est l'heure de dormir. Pratiquez des exercices de visualisation guidée pour détendre votre esprit et votre corps. Imaginez-vous dans un endroit paisible et sécurisant, en vous concentrant sur des sensations positives pour calmer votre système nerveux. Si vous vous réveillez la nuit, évitez de vous lever immédiatement.  Vous pouvez répéter un mantra apaisant, faire un exercice de respiration ou écouter une musique appropriée pour vous rassurer.


En reconnaissant les schémas de pensée et de comportement associés à la peur de ne pas dormir, vous pouvez commencer à retrouver un sommeil plus paisible. N'oubliez pas que le chemin vers une meilleure santé émotionnelle commence par la compréhension et l'acceptation de vos propres défis, et il est important de chercher de l'aide si vous en avez besoin. Un thérapeute en santé émotionnelle peut vous fournir un soutien et des stratégies supplémentaires pour surmonter ces obstacles.



Observer le rythme naturel de votre corps car nous ne sommes pas tous régler pareils. Souvenez-vous que le chemin vers une santé émotionnelle et un sommeil optimal est un processus continu, mais chaque petit pas que vous faites dans cette direction compte énormément.

 

De tout cœur, 💖

Sandrine

Comments


bottom of page